Finale en toute beauté de Beirut Chants 2015 avec Cinzia Forte et Mauricio Agostini

Crédit photo: François el Bacha, tous droits réservés.
Crédit photo: François el Bacha, tous droits réservés.

Le dernier concert pour l’année 2015 de Beirut Chants clôture en toute beauté la 8ème saison de ce festival musical en l’Eglise Saint Maroun de Gemmayzeh. Au programme, la présence de la Soprano Cinzia Forte et du Pianiste Maurizio Agostini avec la collaboration du Teatro di San Carlo de Naples.

Crédit photo: François el Bacha, tous droits réservés.
Crédit photo: François el Bacha, tous droits réservés.

Cinzia Forte, Soprano de son état, est une des personnalités exceptionnelles de la scène italienne, avec une présence occasionnelle dans les grandes institutions comme la Scala de Milan ou encore les Opéras des grandes villes italiennes telles que Naples, Rome, ou ailleurs, européennes voir internationales, comme à l’occasion de son concert à Tokyo.

Maurizio Agostini, chef d’Orchestre auprès du Teatro di San Carlo de Naples mais aussi jeune pianiste et compositeur florentin âgé de 37 ans. Formé au Conservatoire de la Musique de Florence, sous les auspices de Maitre Cardini, il participera également aux plus grands festivals tels que l’Opéra de Rome ou le Festival de Ravenne.

Silence dans la nef, le spectacle commence. Pour entamer avec le charme de la – Vaga Luna –  de Bellini. S’enchaineront ensuite – Vedrai Carino – de Don Giovanni, évidemment composée par Mozart, puis des oeuvres de Donizetti, Tosti, à nouveau Bellini pour finir la première partie avec le morceau non moins célèbre de Carmen de Bizet – Je dis que rien m’épouvante – le spectateur est charmé.

Interlude au piano de Maurizio Agostini, avec le morceau choisi – Parafrasi Da Concerto su Italiana in Algeria -.

Extase ensuite, enchainement de Cilia – Io Son l’umile Ancella – suivi de 3 morceaux de Puccini, extraits de Madame Butterly, Gianni Schicchi puis de la fameuse Tosco, avec – Vissi d’Arte -.

Nouvel interlude au piano avec Intermezzo Notturno qui sera suivi d’un final qui nous fera tomber amoureux de cet art, si l’on ne l’est pas déjà, – Je veux vivre – extrait de Roméo et Juliette composé par Gounod.

Les artistes étaient subjugués tout comme les présents et refusaient de quitter la scène. Premier rappel, deuxième rappel ensuite pour fêter un bon anniversaire au prêtre de la paroisse présent dans l’audience.

Au plaisir d’assister à la 9ème saison de Beirut Chants en 2016, je vous souhaite de Joyeuses Fêtes.

François el Bacha

%d blogueurs aiment cette page :