Mobyfier

Le diner et Moby derrière moi. © Marie Josée Rizkallah. Tous droits réservés.
Le diner et Moby derrière moi. © Marie Josée Rizkallah. Tous droits réservés.

Ayant acheté, il y a déjà quelques mois des places du concert de Moby, nous en avons profité pour inviter la soeur de Marie Josée, Elissa, à cette incartade musicale bien méritée après avoir passé avec succès, l’examen du brevet, examen qui ne compte plus guère aujourd’hui si ce n’est qu’il prépare au prochain, plus crucial, celui du Bac. Nous avons profité du fait d’arriver un peu plus tôt pour nous promener dans les souks de Byblos, ville qu’on ne peut plus présenter, ville antique, ville médiévale, l’un des premiers berceaux de l’Humanité, qui transpire la culture et dont le festival s’inscrit dans cette continuité.

Comme une habitude bien établie, une tradition même depuis quelques années, aller au Festival International de Byblos ne peut que s’accompagner par un diner au bien établi Fishing Club de feu Pépé Abed, depuis repris par son fils et ami, Roger. C’est bien attablé que nous avons eu la chance d’avoir toute l’équipe de Moby et lui-même d’ailleurs, prendre une table juste derrière nous, profitant des conseils avisés d’une des organisatrices pour découvrir la gastronomie libanaise. Ils ont d’ailleurs adoré le Fattoush croquant à souhait, pain grillé oblige, mêlant les différentes saveurs des herbes et des épices. Il faut dire que Moby est d’une discrétion extraordinaire pour l’artiste à la renommée mondiale qu’il est, c’est à peine que nous l’avons remarqué, si ce n’est que la tradition bien établie du Fishing Club étant de prendre un instantané des célébrités de passage, ce dernier a été démasqué.

Marie Josée et sa soeur au Fishing Club, port de Byblos, Liban. ©Francois el Bacha. Tous droits réservés.
Marie Josée et sa soeur au Fishing Club, port de Byblos, Liban. ©Francois el Bacha. Tous droits réservés.

De son véritable nom Richard Melville Hall, mais arrière neveu du fameux écrivain Hermann Melville, ce dernier a repris comme nom de scène l’un des personnages connus, Moby dont on aura tous deviné Moby Dick.

Mes années Moby, ce sont mes années de fac, je suis un fan depuis l’album Play de 1999. Je me souviens particulièrement bien du fait d’aller à fac, musique à fond, vitre toute ouverte, au son de Porcelain, Honey et les autres « Find my Baby » entre autre. C’est d’ailleurs sans surprise, que de ses années, j’ai retrouvé quelques visages familiés dans l’audience, par ci, par là, dont la sœur d’une amie chère, une autre, elle franco-libanaise qui se faisait connaitre en fonçant sur les routes, etc… etc…

Sur scène, le son « Moby » est différent de l’atmosphère techno feutrée de ses différents albums dont le fabuleux Hotel ou encore Destroyed. C’est d’ailleurs un voyage chronologique envoutant les spectateurs que Moby transmet, par ses différents tubes, d’ailleurs, il n’y a eu que des tubes, son énergie extraordinaire, transcendant la foule, la rassemblant dans sauts rythmés, illustrant presque un cœur battant.

L'autographe de Moby.
L'autographe de Moby.

De l’entrée en matière « soft » de Hotel Intro, en passant par Porcelain, Slipping Away, Natural Blues, Body Rock, accompagnée par la Voix riche en couleur de Joy Malcom, qui nous a offert à savourer son savoir faire lyrique, jusqu’au final,  une reprise « techno-rock » de Led Zeppelin.

Ayant demandé à l’une des charmantes organisatrices, si nous pouvions disposer d’un autographe de Moby lors du diner, cette dernière nous a demandé d’attendre à proximité du BackStage. Elle est revenue après cette superbe soirée pour nous accorder le précieux sésame, sa signature, accompagnée d’un petit dessin.

Un souvenir inoubliable, Moby est non seulement un Homme Orchestre comme ce qui est généralement décrit, mais une bête de scène qui nous a tous envouté…

PS: je rajouterais la vidéo du concert dès qu’elle sera disponible.

%d blogueurs aiment cette page :