Les Saints du Liban: Le Bienheureux Estephan Nehmé

Le 27 juin 2010, sous la présidence du cardinal Nasrallah Sfeir, le monastère de Saint Cyprien et de Sainte Justine, dans le caza de Batroun, au Nord Liban, a été le lieu de la cérémonie de béatification d’un autre moine de l’Ordre Libanais Maronite, celle du Bienheureux Estephan Nehmé.

Le bienheureux Estephan Nehmé. Source Photo: Wikipedia.org.
Le bienheureux Estephan Nehmé. Source Photo: Wikipedia.org.

Né à Lehfed dans le caza de Jbeil, le 8 mars 1889, baptisé tout comme Nimatullah Kassab Al-Hardini ou Saint Charbel, du nom de Youssef, Estephan Nehmé est issu d’une famille nombreuses. Ses parents étaient Estephan Bou Haykal Nehmeh et Christina El Badawi Khaled

À ses côtés, il trouvera 3 frères et 2 soeurs et se destinera très tôt à la prière.

C’est à l’âge de 16 ans, en 1905, qu’il choisira d’entrer au monastère de Kfifane sous le nom d’Estephan, comme son père.

Il résidera également douze ans au monastère Notre-Dame de Mayfouq, dix autres dans celui de Notre-Dame du secours à Jbeil, trois à saint Antoine de Houb.

Outre la prière, il se consacrera également aux travaux manuels, dans les champs et comme menuisier. Il sera nommé chef de champ, soit gérant des terres des monastères où il résidera. Sa vie sera alors exemplaire, notamment durant la Première Guerre Mondiale, alors que la population était durement touchée par la famine imposée par l’Empire Ottoman. Un tiers des habitants du Mont Liban, soit plus de 200 000 personnes, décèderont alors.

La dépouille d'Estephan Nehmé au monastère de Kfifane.
La dépouille d’Estephan Nehmé au monastère de Kfifane.

Le bienheureux Estephan Nehmé meurt le 30 août 1938 à l’âge de 49 ans dans le Monastère de Kfifane, après une mission fatigante et sous la chaleur du village de Mayfouq.

Ce n’est qu’en 1951, à l’occasion de l’enterrement d’un autre moine, que son corps sera découvert intact. C’est alors que sa dépouille sera désormais exposée dans un cercueil de verre au Monastère où elle réside, en face de celle de Saint Hardini.

Ce n’est cependant qu’après sa mort également que les miracles apparaitront. Certains seront reconnus par l’Eglise Catholique dès les années 1960.

En 2017, le pape Benoît XVI le déclarera vénérable, puis en 2010, un décret de la Congrégation pour la Cause des Saints, également approuvé par le pape Benoît XVI, reconnaît que ces miracles ont eu lieu par son intercession.

Lire également

+There are no comments

Add yours

%d blogueurs aiment cette page :